Ce qu’il fallait démontrer

[Photo fournie par HBO]

David Lemieux devait à tout prix signer une victoire convaincante contre Gary O’Sullivan, samedi à Las Vegas, afin de dissiper les doutes à son sujet et prouver qu’il avait encore sa place parmi l’élite des poids moyens. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas laissé planer les doutes bien longtemps!

Lemieux (40-4, 34 K.-O.) n’a eu besoin que de 2 minutes 44 secondes pour régler le cas de O’Sullivan (28-3, 20 K.-O.). Un vicieux crochet gauche sur le museau, et hop! Le volubile Irlandais s’est retrouvé affalé au tapis, incapable de poursuivre le duel. Merci, bonsoir, à la prochaine.

Après toutes les attaques verbales lancées par O’Sullivan au cours des dernières semaines, et les bousculades à la conférence de presse officielle et à la pesée, c’est ce qui s’appelle se faire fermer le clapet, chers amis.

Il est d’ailleurs admirable de voir à quel point Lemieux est revenu en force après ses récentes performances en demi-teinte.

Ça a commencé avec une pesée qui ne lui a posé aucun problème, contrairement à celle en marge de son duel face à Karim Achour, et lors de laquelle il était visiblement en meilleure forme. Il s’est même présenté dans le ring du T-Mobile Arena à 180 lb, contre seulement 165 pour O’Sullivan. De quoi bonifier une force de frappe déjà ravageuse.

Il faut dire aussi que Lemieux et son équipe savaient que le boxeur devait confondre les sceptiques au terme de cet affrontement. Une défaite ou un gain sans éclat, et les interrogations à son sujet n’auraient été qu’amplifiées. Ainsi, quoi de mieux que d’y aller d’un retentissant knock-out dont certains parlaient déjà comme étant celui de l’année?

Lemieux s’est amené dans ce combat le couteau entre les dents, courroucé par les clowneries de O’Sullivan et déterminé à le remettre à sa place, et a suivi le plan de match de son entraîneur Marc Ramsay à la lettre. Résultat: le cogneur québécois a offert sa meilleure sortie – aussi brève fut-elle – depuis son duel contre Curtis Stevens, et demeure du coup parmi les noms les plus redoutables et en vue de la division des moyens. Mission accomplie, donc.

Objectif: Canelo

De plus, grâce à cette victoire, Lemieux est l’aspirant obligatoire au titre WBA désormais détenu par Saul « Canelo » Alvarez, qui est devenu le premier à résoudre l’énigme Gennady Golovkin pour ainsi détrôner le dangereux Kazakh par décision majoritaire (115-113, 115-113, 114-114) au terme d’un superbe combat revanche entre les deux pugilistes.

Un duel Lemieux-Alvarez pourrait voir le jour plus tôt que tard, d’ailleurs. Le Mexicain a déjà réservé le MGM Grand de Vegas au mois de décembre. On verra si ce sera pour y accueillir son nouvel aspirant.

En attendant, la question est de savoir si Lemieux a ce qu’il faut pour venir à bout d’Alvarez, un rival de calibre nettement plus relevé que O’Sullivan, tout le monde en conviendra.

Pour l’instant, difficile d’offrir une réponse claire. Ce qui est manifeste, toutefois, c’est qu’après un certain dérapage, Lemieux est de retour en force sur la bonne voie. S’il continue dans cette même veine, tous les espoirs sont permis.

Un combat de championnat du monde en sous-carte d’un troisième duel Alvarez-Golovkin, peut-être? On peut bien rêver un peu…

Publicités

Condamné à gagner

[Photo Tom Hogan, Golden Boy Promotions]

Il n’est pas rare d’entendre un boxeur parler de son prochain combat comme étant le plus important de sa carrière. C’est si fréquent, en fait, que la déclaration relève davantage du cliché. Or, dans certains cas, il y a des clichés plus vrais que d’autres.

Celui de David Lemieux (39-4, 33 K.-O.) entre dans cette catégorie. Dans quelques heures, le Québécois montera dans le ring du T-Mobile Arena de Las Vegas pour se frotter à l’Irlandais Gary « Spike » O’Sullivan (28-2, 20 K.-O.) et tenter de lui ravir le titre Intercontinental de la WBO. Un affrontement présenté en sous-carte du combat revanche tant attendu entre Saul « Canelo » Alvarez et Gennady Golovkin.

Non, il ne s’agit pas d’un combat de championnat du monde. Et une défaite ne signifiera pas la fin de sa carrière pour autant. Mais pour le bien de celle-ci, à court et moyen terme à tout le moins, Lemieux n’a pas le choix de l’emporter. Pour paraphraser Ed Harris dans le film Apollo 13, l’échec n’est pas une option.

Cela n’a rien à voir avec le fait que le vainqueur du duel Lemieux-O’Sullivan se hissera au stade d’aspirant obligatoire au titre WBA des poids moyens, qui restera la propriété de Golovkin ou deviendra celle d’Alvarez selon le résultat de leur propre combat. Sa performance de ce soir déterminera la place qu’occupera Lemieux sur l’échiquier de la boxe mondiale au cours des prochaines années.

Le revers sans appel face à Billy Joe Saunders, en décembre 2017, a exposé les limites pugilistiques de Lemieux. Il a bien remporté son combat suivant contre Karim Achour au mois de mai, mais il ne se mesurait pas à un adversaire de calibre de championnat. Et on ne parle même pas de sa pesée ratée de la veille.

Bref, sa réputation dans l’industrie, bien qu’elle soit demeurée bonne malgré tout, a été quelque peu ébranlée depuis le fiasco Saunders. Ce soir, ce sera le moment ou jamais de lui redonner du lustre.

Si Lemieux veut conserver ses chances de se battre à nouveau pour un titre mondial un jour, WBA ou autre, il doit non seulement relever le défi O’Sullivan, il doit gagner de la manière la plus convaincante et spectaculaire possible. Sa marge de manœuvre à cet égard est à peu près nulle. Un gain à l’arrachée par décision, même unanime, ne suffira pas.

La bonne nouvelle pour lui, c’est que ses chances de victoire sont appréciables. O’Sullivan, quoique fort respectable, se veut un rival tout à fait « prenable » pour Lemieux. En autant que lui et son entraîneur Marc Ramsay jouent leurs cartes de la bonne manière, bien sûr.

Ce combat devrait par ailleurs être la source de nombreuses flammèches. Tant Lemieux que O’Sullivan affectionnent les bagarres de ruelle lors desquelles les coups de massue ont préséance sur l’élégance et la technique.

Qui plus est, les deux hommes ne se blairent pas. Mais alors là, pas du tout. Ils se sont nargués sur les réseaux sociaux pendant de nombreuses semaines. Et le chamaillage bien senti qui a suivi la conférence de presse et la pesée officielle a mis la table de belle façon pour ce duel.

Reste à espérer pour Lemieux qu’il sera en mesure de passer de la parole aux actes. La suite de son parcours professionnel en dépend.

Combat grandiose, décision révoltante

[Photo tirée du compte Twitter d’HBO]

On nous avait promis un classique. Nous avons eu un classique. C’est un combat digne des plus marquants de l’histoire du noble art que nous ont offert Gennady Golovkin et Saul « Canelo » Alvarez samedi soir, au T-Mobile Arena de Las Vegas. Dommage qu’un duel aussi épique ait été terni par une autre décision incompréhensible d’un juge du Nevada…

Après 12 rounds au cours desquels la fébrilité et l’excitation étaient souvent à leur paroxysme, tous ou presque sont repartis déçus et frustrés en apprenant que le combat s’était soldé par un verdict nul partagé. Golovkin conserve donc ses titres IBF, IBO, WBC et WBA des poids moyens.

Si les juges Don Trella et Dave Moretti ont respectivement remis des cartes de 114-114 et 115-113 pour Golovkin (37-0-1, 33 K.-O.), leur consoeur Adalaide Byrd a donné Alvarez (49-1-1, 34 K.-O.) gagnant avec un pointage de… 118-110. Or, quiconque ayant regardé le combat vous dira qu’un tel score est tout à fait aberrant. Pour ne pas dire scandaleux, tant il empeste l’incompétence.

La très grande majorité des observateurs – incluant Ringside – voyait Golovkin l’emporter. Sauf pour les deux ou trois premiers rounds, le Kazakh de 35 ans a constamment dicté le tempo face à Alvarez, qui a passé plusieurs minutes le dos aux câbles en tentant de stopper les jabs de son rival.

Si le puissant Golovkin avait sorti l’artillerie lourde, comme c’est pourtant son habitude, pas certain qu’on aurait vu un douzième round dans ce combat.

Vol de grand chemin

Or, la bonne juge Byrd n’a donné que les quatrième et septième rounds à GGG. Sans blagues.

De toute évidence, elle n’a pas remarqué qu’au neuvième assaut, pour prendre ce seul exemple, Golovkin a laissé partir un violent uppercut qui a durement ébranlé Alvarez. Heureusement pour celui-ci, le champion n’a pas été en mesure de terminer le travail et de l’envoyer au tapis.

À la limite, une victoire serrée de Golovkin, ou même un verdict nul mieux «balancé», aurait fait plus de sens. Après tout, bien que son adversaire ait eut le dessus pour l’essentiel du duel, Alvarez nous a offert quelques belles étincelles par moments, parvenant même à donner du fil à retordre à GGG à quelques reprises. Mais pas assez pour faire pencher la balance en sa faveur. Du moins, pas pour des observateurs avertis qui connaissent un tant soit peu le pugilat.

Peut-on dire que Golovkin a été victime d’un vol ? Oui, sans l’ombre d’un doute.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la juge Byrd – qui compte 442 combats d’expérience, dont 114 combats de championnat – fait parler d’elle pour les mauvaises raisons. Une simple recherche dans Google permet de recenser quelques-uns de ses «plus grands succès», tant pour des combats de boxe que d’arts martiaux mixtes, qu’elle juge depuis 2006.

Pour vous donner une idée, le promoteur américain Top Rank a tenté, en novembre dernier, de la faire exclure du combat opposant Vasyl Lomachenko et Nicholas Walters. En vain. N’empêche, quand on en est rendus là, n’est-ce pas signe que le problème est, au minimum, préoccupant ?

Une gifle pour la profession

Ce qui est le plus regrettable lorsqu’un incident comme celui de samedi soir survient, c’est que la mauvaise décision d’un seul juge vient éclabousser le travail de ses collègues lucides et raisonnables dans l’esprit des amateurs, qui en profitent pour crier au complot et leur tomber dessus à bras raccourcis. Oui, parfois, une pomme pourrie peut ruiner un panier entier.

Mais à moins d’une surprise, ne comptez pas trop sur la Commission athlétique du Nevada pour mener une enquête fouillée auprès de Mme Byrd. Ce n’est pas vraiment la première fois que des résultats litigieux émanent de la capitale du vice. Ce qui se passe à Vegas ne reste pas toujours à Vegas, malheureusement.

Avant même que les pointages des juges soient dévoilés, tout indiquait qu’un combat revanche ne finirait par être qu’une formalité. Les deux boxeurs ont d’ailleurs confirmé leur intérêt pour la chose après le combat.

Avec cet œil au beurre noir causé par la décision totalement ridicule d’une juge, un deuxième duel devient carrément impératif.

Place au (vrai) combat de l’année

[Photo tirée du compte Twitter du WBC]

Le jour du combat de l’année est enfin arrivé. C’est ce soir que Saul « Canelo » Alvarez et Gennady Golovkin vont finalement s’affronter, au T-Mobile Arena de Las Vegas.

Pardon? Le combat de l’année a déjà eu lieu, vous dites? Vous parlez de Mayweather-McGregor?

Permettez une nuance. Mayweather-McGregor était effectivement le combat de l’année… sur le plan promotionnel et financier. Mais pour ce qui est de l’aspect purement sportif, purement boxe, nul doute que le duel Canelo-Golovkin mérite la palme.

Ce soir, ce sont deux athlètes au sommet de leur discipline qui croiseront le fer. L’enjeu est énorme : Alvarez (49-1-1, 34 K.-O.) pourrait ravir les titres IBF, WBC et WBA que détient l’invaincu Golovkin (37-0, 33 K.-O.). La tâche ne sera cependant pas de tout repos pour le Mexicain de 27 ans.

Golovkin, on le sait, est l’un des cogneurs les plus puissants de sa génération. Avant Daniel Jacobs, qui s’est incliné par décision unanime le 18 mars, le dernier boxeur qui avait réussi à se rendre à la limite contre lui était un certain Amar Amari, en 2008! On parle d’une séquence de 23 victoires consécutives obtenues avant la dernière cloche.

Avez-vous eu le temps de ramasser votre mâchoire qui était tombée au plancher? Bien, alors poursuivons.

En plus d’être doté d’une terrifiante force de frappe, celui qu’on surnomme GGG est un as technicien. Et malgré le nombre impressionnant de K.-O. à sa fiche, il ne se gêne jamais pour prendre tout le temps nécessaire afin de bien étudier son adversaire… question de mieux le terrasser par la suite.

Toutefois, nombreux sont ceux qui croient qu’Alvarez pourrait infliger une première défaite au Kazakh de 35 ans. D’une part, son style est du genre qui pourrait causer des ennuis à Golovkin. Et ce dernier a eu fort à faire pour l’emporter contre Jacobs. GGG aurait-il commencé à ralentir?

Mais malgré toutes les qualités pugilistiques d’Alvarez, difficile de ne pas donner un avantage à Golovkin, pour les raisons énoncées plus haut. Oui, il vieillit. Oui, une surprise est toujours possible. Mais l’homme demeure une redoutable machine de boxe qui semble – aux yeux de Ringside, à tout le moins – encore supérieure à Alvarez.

Cet humble blogue osera donc se commettre pour le simple plaisir de la chose pour prédire une 38e victoire de Golovkin, qui gardera donc sa fiche immaculée et ses ceintures. Ajoutons que le gain sera acquis par knock-out technique au 10e round, ne serait-ce que pour pimenter la discussion – ou avoir l’air encore plus fou après le combat, c’est selon.

À noter que la présentation du gala à la télé payante débute à 20h, soit une heure plus tôt que prévu. Messieurs Alvarez et Golovkin devraient monter sur le ring aux environs de 22h30 ou 23h.

Pour reprendre l’expression consacrée : et vous, vous voyez ça comment?