Le Lion repu, Germain déçu

[Photo Vincent Éthier, fournie par EOTTM]

Avant toute chose, Ringside vous doit des excuses. L’humble blogue pugilistique que vous consultez en ce moment était en quelque sorte en dormance depuis plusieurs semaines, sans avoir manifesté de signes avant-coureurs d’une telle hibernation au préalable. Sincèrement désolé pour cela.

Diverses raisons expliquent cette longue période d’inactivité, mais l’une d’elles se distingue: elle s’appelle Sophie, et elle est née jeudi dernier, le 19 septembre.

Tous ceux qui sont passés par là savent qu’un élargissement des cadres familiaux requiert plusieurs préparatifs pour lesquels on doit s’investir à fond. L’auteur de ces lignes a ainsi consacré l’essentiel de ses énergies à faire en sorte que tout soit prêt pour accueillir la nouvelle membre de son clan. Parce que, pour paraphraser Stéphane Richer, il n’y a pas juste la boxe dans la vie.

Mais le voici donc prêt à reprendre du service afin, souhaitons-le, d’informer et divertir un brin l’amateur de boxe que vous êtes. En espérant que ce but sera atteint.

Makhmudov rugit toujours aussi fort

QLovjEuQ.jpg
Arslanbek Makhmudov (à droite) donne du fil à retordre au Mexicain Julian Fernandez. / Photo Vincent Éthier, fournie par EOTTM

Il n’y a peut-être pas juste la boxe dans la vie, mais il y en avait très certainement au Casino de Montréal samedi après-midi, à l’occasion du deuxième gala présenté par Eye of the Tiger Management cette semaine.

Pièce maîtresse de ce gala diurne: un duel de poids lourds entre Arslanbek Makhmudov (9-0, 9 K.-O.) et le Mexicain Julian Fernandez (14-2, 10 K.-O.). Et comme c’est son habitude, le Russe ne s’est pas éternisé en freinant Fernandez à 1:19 du troisième round. Il met ainsi la main sur le titre vacant de la NABF des poids lourds, lui qui était déjà tenant de la ceinture WBC Continental dans la catégorie.

«Dans le ring, il y a toujours des émotions. Je sais que l’autre gars veut la même chose que moi: m’achever. Mais après le combat, je veux que tout soit correct pour tout le monde. J’ai du respect pour [Fernandez], c’est un bon gars», a expliqué Makhmudov, affable en dépit de son allure parfois terrifiante.

Une fois le son de la traditionnelle sirène signalant son entrée sur le ring éteint, Makhmudov a tôt fait d’afficher ses couleurs à son adversaire en lui faisant goûter le cuir de ses gants à quelques reprises.

Mais surprise! Fernandez arrivait à encaisser les puissants assauts du colosse russe, et de jolie façon, d’ailleurs. Le Mexicain s’est même permis de lui rendre la pareille à l’occasion. On oserait même affirmer que Makhmudov n’avait jamais été atteint aussi souvent avant ce duel. Il faut dire que ses autres combats ont rarement été bien longs…

«On a vu sur les vidéos que c’était un gars qui semblait résistant. C’est quelque chose qu’on recherche toujours chez un adversaire, on veut quand même faire quelques rounds. […] On s’attendait à ce genre d’opposition.»

-Marc Ramsay, entraîneur d’Arslanbek Makhmudov

Rien pour énerver Makhmudov, cela dit. Il a patiemment attendu que Fernandez lui offre une ouverture pour poursuivre son travail de démolition. Au deuxième engagement, Fernandez s’est mis à saigner du nez. Puis, au troisième, une contre-attaque de la main gauche de Makhmudov a complètement ébranlé le visiteur.

Makhmudov n’en demandait pas tant: il a emprisonné Fernandez dans le coin quelques secondes plus tard et l’a pilonné sans gêne jusqu’à ce que l’arbitre Alain Villeneuve en ait assez.

«Techniquement, il y a de petites choses que j’aurais préféré qu’il fasse mieux, a confié Ramsay au sujet de son poulain. Mais c’est un projet. Il ne faut pas oublier qu’il n’a livré que neuf combats. On est là-dessus. On essaie d’en faire le meilleur boxeur possible.»

Petit à petit, Makhmudov se fait un nom sur la planète boxe. Et foi de son équipe, sa prochaine sortie se fera face à un opposant de gros calibre. Quelques candidats ont déjà été approchés. Bogdan Dinu, autrefois associé à InterBox, a refusé d’emblée de se frotter au Russe. Bryant Jennings, victime d’Oscar Rivas en janvier, et Chris Arreola ont aussi décliné l’invitation.

Le président d’Eye of the Tiger, Camille Estephan, a confié être en négociations avec un «très grand nom» et espère pouvoir annoncer un accord la semaine prochaine ou la suivante. Le combat serait présenté dans le cadre du grand gala qu’EOTTM présentera le 7 décembre au Centre Bell.

«Le mandat qu’on a, c’est de trouver un adversaire qui [fera dire] aux gens de l’industrie de la boxe: ‘wow, ils sont sérieux!’ Pas un nom qui ne signifie absolument rien, et pas un gars qui ne représente aucun danger», a pour sa part prévenu Marc Ramsay.

Germain frappe un mur

DuHQr9bg.jpg
Mathieu Germain (à droite) a dû s’avouer vaincu devant Uriel Perez. / Photo Vincent Éthier, fournie par EOTTM

En demi-finale, Mathieu Germain (17-1-1, 8 K.-O.) a subi une amère défaite, une première en carrière, s’inclinant par arrêt de l’arbitre à 2:16 du cinquième round face au Mexicain Uriel Perez (19-4, 17 K.-O.).

Bien souvent, les boxeurs qui viennent d’être vaincus ne sont pas très chauds à l’idée de commenter le combat auprès des médias, à plus forte raison lorsqu’on vient de leur passer le knock-out. On croyait au départ que Germain ne se présenterait pas devant les micros et les caméras. Or, il a plutôt insisté pour rencontrer les journalistes. Voilà qui est tout à son honneur, et qui témoigne d’une grande capacité d’introspection et d’une franchise évidente.

«C’est sûr que je voulais gagner. J’ai travaillé fort. C’est très décevant, mais je garde la tête haute. On va revenir plus fort et je n’irai pas me cacher dans un coin à cause de cette défaite.»

-Mathieu Germain

On a vite compris pourquoi Perez affichait 16 K.-O. au compteur au moment d’entrer dans l’arène. Ses frappes étaient puissantes, accablantes. Chaque coup touchant la cible retentissait à travers le Cabaret du Casino.

Germain a bien tenté de mettre sa vitesse et ses talents athlétiques à profit, mais Perez, doté d’une impressionnante carrure pour un super-léger, ne lui a laissé que très peu de marge de manoeuvre.

Le Mexicain a ébranlé le Québécois une première fois au quatrième assaut à l’aide d’une main gauche au visage. Germain s’est ressaisi dans la mesure du possible, mais le mal était fait. Au round suivant, il s’est retrouvé au plancher après un autre coup de la gauche de Perez.

Germain s’est relevé, mais de toute évidence, il n’était plus dans le coup. L’arbitre Steve St-Germain a certainement évité que la situation dégénère en décrétant alors la fin des hostilités.

«Dans ma tête, je voulais aller gagner le cinquième round. Mais il m’a touché de nouveau. Je suis tombé, et je disais des mauvais mots que je ne répéterai pas pendant que j’essayais de me relever. J’étais là, c’est juste que les jambes ne suivaient pas», a relaté Germain tout en reconnaissant le bien-fondé de la décision de l’officiel.

«Je n’irais pas jusqu’à dire que c’était une mauvaise soirée au bureau, a-t-il poursuivi. Il m’a touché et il a les mains lourdes. Ce n’est pas un coup chanceux parce qu’il a travaillé pour son coup. Il m’a touché et il m’a ébranlé. Ce sont les risques de la boxe.»

Même s’il n’était pas en jeu officiellement, tout porte à croire que Germain perdra son titre nord-américain de l’IBF chez les super-légers avec ce revers, en plus d’être exclu du top-15 de l’association. Dommage, quand on pense à tout le temps et les efforts investis pour finalement s’y tailler une place (il figurait au 11e rang du classement en date de samedi).

«On a tous eu des défaites dans la vie. Il faut se remettre debout, être fier, travailler encore plus fort et apprendre», a indiqué Camille Estephan, avouant qu’il était inquiet pour son boxeur en vue de cet affrontement.

Il faut dire que les derniers jours ont été particulièrement occupés pour Germain, alors qu’il a accueilli sa troisième fille la semaine dernière. L’heureux événement a-t-il pu avoir un quelconque effet sur son camp d’entraînement et sa préparation pour ce combat? Si Estephan a laissé entendre que ce pouvait être le cas, Germain, lui, refuse de s’en servir comme prétexte.

«Ma petite fille est née à un bon moment: elle est née la semaine avant le combat, et non durant la semaine du combat. Je n’ai pas d’excuse à donner. J’étais prêt à 100%», a assuré le pugiliste.

Les autres résultats

16GCi_CQ.jpg
Lexson Mathieu (à gauche) a signé une autre victoire rapide. / Photo Vincent Éthier, fournie par EOTTM

Poussé à la limite lors de sa dernière sortie, Lexson Mathieu (6-0, 5 K.-O.) n’aura pas veillé très tard dans le ring, cette fois. Le pugiliste de Québec a réglé le cas du Mexicain Juan Sergio Torres Perez (7-9, 6 K.-O.) après seulement 2:22 d’action. Alors que son adversaire le tenaillait dans le coin de l’arène, Mathieu a laissé partir une violente gauche sortie de nulle part qui a abouti en pleine figure de Torres Perez. Ce dernier s’est aussitôt effondré de tout son long, et n’a jamais pu se relever avant la fin du compte de dix.

Au cas où vous vous posiez la question, oui, Darnell Boone (24-25-5, 13 K.-O.) est toujours vivant. L’Américain a beau avoir 39 ans, il continue de boxer, même s’il n’était pas monté dans le ring depuis près d’un an au moment d’affronter Artur Ziyatdinov (11-0, 8 K.-O.) samedi après-midi. Malgré une condition physique qui laissait à désirer, une vitesse d’exécution parfois suspecte et une chute au deuxième round, ce bon vieux renard de Boone a livré une opposition fort respectable à Ziyatdinov, qui l’a emporté par décision unanime (78-73, 78-73, 79-72).

Sébastien Roy (8-0, 1 K.-O.) a eu fort à faire pour conserver sa fiche parfaite devant l’Ontarien Larone Whyte (6-4, 5 K.-O.). Le boxeur de Thetford Mines a plié les genoux au cinquième round après avoir reçu un vif crochet au visage, mais il s’est bien repris par la suite pour finalement remporter ce rude duel par décision unanime (59-55, 58-56, 58-56).

En ouverture de gala, Vislan Dalkhaev (12-1, 3 K.-O.) est sorti vainqueur de son premier combat en sol québécois depuis le 24 novembre 2018 en prenant la mesure du Mexicain Oscar Mata (8-5-1, 3 K.-O.) par décision unanime (60-54, 59-55, 59-55). Le Russo-montréalais a dicté le tempo tout au long de cet affrontement aux accents techniques.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s