Lafrenière fidèle à lui-même

[Photo Ariane Théberge, tirée de la page Facebook de Rixa Promotions]

On surnomme Francis Lafrenière «The People’s Champ». Le champion du peuple. Chaque fois qu’on le voit boxer, on comprend un peu mieux pourquoi.

Lors de chacune de ses sorties, le combattant de Coteau-du-Lac trouve toujours le moyen d’épater la galerie grâce à sa détermination de fer, son endurance en apparence à toute épreuve et son style un brin kamikaze. Tous des ingrédients qui vous assureront une place de choix dans le cœur des amateurs.

Ceux-ci en ont de nouveau fait – bruyamment – la preuve samedi soir, à la Tohu, alors que Lafrenière (16-5-2, 9 K.-O.) a aisément triomphé du Mexicain Oscar Cortez (26-3, 14 K.-O.) par arrêt de l’arbitre à 1 :44 du quatrième round. Une victoire offerte en cadeau à son fils Mathis – qui espérait justement un knock-out au quatrième assaut – et couronnée par une demande en mariage à sa conjointe au milieu du ring.

Pour la petite histoire, madame a dit oui.

LafreniereCortez-Mariage
Francis Lafrenière a demandé sa conjointe en mariage après le combat. Celle-ci a dit oui. [Photo Ariane Théberge, tirée de la page Facebook de Rixa Promotions]
Lafrenière s’est ainsi assuré de conserver son titre NABO des poids moyens. Rappelons que Cortez, 23 ans, ne pouvait lui ravir en cas de victoire après qu’il eut dépassé de 1,8 lb la limite des 160 lb lors de la pesée officielle.

«Ça n’a pas été un combat évident. Mais on a fait ce qu’on avait à faire. Mon entraîneur voulait qu’on soit un peu plus intelligents, mais on a décidé de se chamailler et j’ai sorti mon jab quand même», a déclaré Lafrenière sous les acclamations de son public.

Presque tout au long du duel, et comme c’est son habitude, le Québécois de 29 ans a gardé son visage collé sur celui de son adversaire en le rouant de coups. Cortez, lui, répliquait avec arrogance et des manœuvres frôlant parfois l’illégalité. Il a d’ailleurs été pénalisé au troisième round pour un coup de tête qui a laissé une bonne coupure au-dessus de l’œil gauche de Lafrenière.

«Il était vraiment cochon, le gars. Mais c’est correct. C’est une expérience de plus derrière la cravate.»

-Francis Lafrenière

Dommage que Cortez ait choisi de privilégier un tel comportement dans le ring, car ses aptitudes pugilistiques sont manifestes. Il est parvenu à atteindre son rival de belle façon à quelques reprises. Qui sait ce dont aurait l’air sa carrière s’il faisait preuve d’un peu plus de sérieux ?

Quoi qu’il en soit, Lafrenière a terminé le travail au quatrième assaut, pilonnant un Cortez qui n’avait manifestement plus l’envie ni les capacités de se battre. On était environ à mi-chemin dans le round lorsque le coin du Mexicain a lancé la serviette.

Reste à voir ce qui attend maintenant Lafrenière, classé 7e chez les moyens par la WBO et qui devrait en principe grimper au 5e rang après cette victoire.

«On a fait quelques combats. Je suis dû pour des vacances, mais on discutera de toute offre raisonnable avec Rixa Promotions et [mes entraîneurs] les frères Grant. On n’a jamais dit non à une offre intéressante», a-t-il indiqué.

Bazinyan toujours parfait

En demi-finale, Erik Bazinyan (16-0, 11 K.-O.) s’est assuré de conserver sa fiche immaculée en disposant du Mexicain Rolando Paredes (13-5-2, 10 K.-O.), âgé de 25 ans, par arrêt de l’arbitre à 1 :43 du quatrième round.

Le jeune super-moyen de 22 ans a commencé le duel en lion, dominant largement les deux premiers rounds. Il a toutefois éprouvé plus de difficultés au troisième, alors que Paredes, détenteur d’un titre mineur du WBC chez les mi-lourds, est parvenu à l’atteindre avec conviction à quelques reprises.

Plus de peur que de mal, puisque Bazinyan est revenu en force au quatrième assaut, à tel point qu’il a envoyé Paredes au tapis à deux reprises. Après la seconde visite au plancher de Paredes, le coin de celui-ci a aussitôt demandé à l’officiel Yvon Goulet de mettre un terme à l’affrontement.

«L’équipe de mon adversaire disait que je devais prier parce que j’allais perdre. C’est pour ça que j’étais frustré dans le ring», a lancé Bazinyan dans l’arène après le combat.

Les autres résultats

-Jordan Balmir (5-0, 3 K.-O.) bat Adrian Campos (1-3-2) : décision unanime

-Golden Garcia (9-0-1, 5 K.-O.) bat Luis Zambrano (14-11-1, 4 K.-O.) : knock-out, 2e round

-Roody Pierre-Paul (15-3-1, 5 K.-O.) bat Oscar Barajas (17-5-1, 9 K.-O.) : décision unanime

-Chann Thonson (3-0, 2 K.-O.) bat Tonathiu Garcia (4-4-1, 2 K.-O.) : décision unanime

-Jean Michel Bolivar (2-0, 1 K.-O.) bat Mikhail Miller (0-2-1) : décision majoritaire

-Mohamed Soumaoro (2-0, 2 K.-O.) bat Alfredo Cardenas (4-7, 2 K.-O.) : arrêt de l’arbitre, 3e round

-Jimmy Ray Thompson (1-0) bat Fabian Valdez (1-1) : knock-out, 2e round

Cortez dépasse encore la limite!

[Photo Stéphane Larivière, tirée de la page Facebook de Rixa Promotions]

Décidément, Oscar Cortez n’est pas un amateur des pesées officielles. Une semaine après avoir forcé l’annulation de son combat contre Custio Clayton en outrepassant de 24 lb la limite de poids, le Mexicain de 23 ans a de nouveau péché vendredi, à la veille de son duel face à Francis Lafrenière.

Cette fois, Cortez (26-2, 14 K.-O.) a enregistré un poids de 161,8 lb, soit 1,8 lb au-dessus des 160 lb réglementaires. Pour sa part, Lafrenière (15-5-2, 8 K.-O.) n’a eu aucune difficulté à respecter la limite, affichant un poids de 158,7 lb.

Malgré ce nouvel impair, le combat entre les deux hommes aura lieu comme prévu à la Tohu. Toutefois, Cortez ne pourra mettre la main sur la ceinture NABO des poids moyens s’il l’emporte face à Lafrenière, 29 ans. Advenant une défaite de ce dernier, le titre deviendrait vacant.

Avis à ceux qui seront présents au gala samedi soir : prenez le temps de bien observer Oscar Cortez dans le ring. Car avec deux pesées consécutives ratées en quelques jours à son actif, dans deux catégories de poids différentes au surplus, il n’est pas prêt de recevoir une autre invitation à se battre au Québec…