Un cadeau signé Pascal

[Photo Vincent Éthier]

BILLET – C’était écrit dans le ciel. Quiconque a côtoyé un tant soit peu Jean Pascal savait qu’il ne pourrait jamais faire ses adieux à la boxe sans donner à ses partisans l’occasion de l’applaudir une dernière fois.

Un dernier combat en Floride, loin de chez lui, contre un adversaire méconnu des Québécois, dans un ring de fortune planté au milieu d’un hippodrome décrépit et voisin d’un casino miteux? Allons donc, soyons sérieux. Ce n’est pas le Pascal qu’on a connu durant sa carrière. Mais alors là, pas du tout.

Jean Pascal est un showman. Un vrai. Peu de boxeurs maîtrisent aussi bien que lui le volet promotionnel de leur sport. Sa grande gueule – ceci dit en tout respect – lui a valu l’opprobre de certains, incapables de blairer ses envolées oratoires et ses déclarations souvent fracassantes. Mais peut-on affirmer que sa carrière en a souffert? Pas exactement, disons. Comme on dit, parlez-en en bien ou en mal, mais parlez-en. Pascal l’a vite compris.

Il n’y avait donc aucune raison d’être étonné lorsqu’il a laissé entendre qu’il souhaitait sortir brièvement de sa retraite pour disputer un ultime combat devant son public qui l’a adulé et soutenu pendant toutes ces années. Voilà le genre de bonne nouvelle que les amateurs voudraient avoir plus souvent.

N’oublions pas qu’au-delà de son personnage, si on se concentre uniquement sur le plan sportif, l’apport de Pascal à la boxe québécoise a été titanesque. Tout au long de son parcours, couronné par l’acquisition de son titre WBC des mi-lourds en 2009, il a su insuffler une dose d’énergie pure au pugilat d’ici lorsque celui-ci en avait souvent bien besoin. Les dernières années ont été difficiles pour lui, c’est vrai. Ces récents déboires ne peuvent toutefois pas effacer son illustre carrière.

D’autant qu’il ne s’est jamais défilé devant un adversaire, aussi menaçant soit-il, et sachant très bien à quel point la tâche pourrait s’avérer colossale. Qu’il s’agisse de Carl Froch, Bernard Hopkins ou Sergey Kovalev, Pascal a toujours répondu présent – avec un résultat parfois douloureux. On ne peut certainement pas en dire autant de tous ses confrères…

Déjà, des noms d’adversaires potentiels circulent pour la deuxième prise de son chant du cygne. Celui de Steve Bossé est mentionné abondamment depuis quelques jours. Et pourquoi pas? Nul doute que le public se déplacerait en grand nombre pour assister à cette confrontation locale entre deux guerriers qu’ils connaissent bien et qu’ils apprécient. Parions qu’Yvon Michel, promoteur de Bossé, doit saliver à l’idée d’organiser un tel événement.

Pascal affirmait récemment qu’un duel contre Bossé, ex-combattant d’arts martiaux mixtes devenu boxeur, serait l’équivalent québécois du choc entre Floyd Mayweather et Conor McGregor. Quand on vous dit qu’il a du flair pour la promotion…

Mais peu importe qui sera l’opposant retenu, on ne peut que se réjouir de cette occasion que Pascal nous offrira de l’acclamer une dernière fois. Et surtout, de le remercier chaleureusement pour services rendus. Au risque de se répéter, sans lui, la boxe québécoise ne serait pas là où elle est aujourd’hui.

Jean Pascal a amplement donné au public durant sa carrière. Le temps est venu pour le public de lui rendre la pareille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s