Test réussi pour Kean

[Photo fournie par EOTTM]

On disait depuis un moment que Simon Kean était dû pour un vrai test. Dû pour affronter un boxeur qui lui donnerait du fil à retordre. C’est ce qui s’est produit samedi soir, au Centre Gervais Auto de Shawinigan.

Contrairement aux derniers adversaires du Grizzly de Trois-Rivières, l’Américain Alexis Santos (18-3, 15 K.-O.) aura eu le mérite d’offrir une opposition digne de ce nom. Mais en bout de ligne, il n’a pas su résister au travail de Kean (13-0, 12 K.-O.), qui l’a emporté par knock-out à 2 :01 du huitième round. Il a ainsi défendu avec succès son titre IBO International des poids lourds.

Celui a qui a défendu avec succès son titre IBO International des poids lourds a livré un combat à deux vitesses, en quelque sorte. Tantôt agressif, tantôt passif, laissant parfois même Santos profiter de ces moments de relâchements pour lui asséner quelques bonnes attaques.

Kean a reconnu après le combat qu’il avait volontairement modéré ses ardeurs à l’occasion.

«J’ai voulu gérer mon énergie, et j’ai ralenti jusqu’au point de perdre un round. […] Je n’étais pas fatigué. J’avais surtout peur de manquer d’énergie. Je ne suis pas habitué d’éterniser ça très longtemps», a-t-il expliqué, ajoutant que Santos représentait « définitivement » l’adversaire le plus coriace qu’il avait croisé jusqu’ici.

Mais heureusement pour Kean, il a su faire le boulot lors de ses phases agressives. Ç’a commencé au deuxième round avec de solides combinaisons au corps. Puis, après quelques rounds d’accalmie, le Trifluvien a envoyé son rival au tapis à deux reprises durant le sixième engagement, grâce entre autres à une puissante main droite.

Sentant la soupe chaude, Santos a bien tenté de donner tout ce qu’il avait au round suivant. Ce ne fut pas suffisant, toutefois. À la huitième reprise, le pugiliste du Massachusetts s’est de nouveau retrouvé au plancher après que Kean eut lancé une autre de ses combinaisons, efficaces tout au long du duel.

Cette fois-ci, Santos a été incapable de se relever. Visiblement sonné, il a mis plusieurs secondes avant de se remettre sur ses deux pieds. Pendant ce temps, Kean célébrait sa victoire dans le ring, sous les chaudes acclamations de son public local.

83 secondes suffisent à Butler

L’année est encore très jeune, bien sûr. Mais déjà, on a un candidat pour le knock-out par excellence de 2018, gracieuseté de Steven Butler (22-1-1, 19 K.-O.).

Le jeune cogneur n’a eu besoin que d’un coup de poing et de 83 secondes d’action pour mettre fin au séjour en Mauricie du Mexicain Uriel Gonzalez (16-4-1, 12 K.-O.), qui doit encore se demander quel train lui est passé dessus.

Tel un prédateur qui traque sa proie, Butler s’est avancé vers Gonzalez lentement, mais sûrement. Puis, sans prévenir, il a lancé un missile depuis sa main droite qui a abouti directement sur le menton de son adversaire. Ou qui lui a explosé en plein visage, devrait-on dire.

Gonzalez a aussitôt chuté comme une tonne de briques, affalé de tout son long sous les câbles. Compte de dix. Merci, bonsoir.

Gonzalez, rappelons-le, avait livré une chaude lutte à Francis Lafrenière l’an dernier, avant de s’incliner par décision partagée. Et Lafrenière, rappelons-le, se trouve actuellement dans le viseur de Butler, alors que ce dernier aimerait bien en découdre avec « The People’s Champ » maintenant qu’il évolue à son tour chez les 160 lb.

«Le message est passé», a lancé Butler dans le ring après le combat. Reste à voir s’il sera entendu.

Le Germain Show se poursuit

Plus le temps passe, plus Mathieu Germain (13-0, 7 K.-O.) se bâtit une réputation de showman chaque fois qu’il monte dans le ring. Il l’a de nouveau confirmé en prenant la mesure de l’Albertain Cam O’Connell (16-2-1, 10 K.-O.) par arrêt de l’arbitre à 2 :51 du huitième round.

«G-Time» s’est amusé du début à la fin aux dépens de O’Connell, au vif plaisir de la foule. Sa main gauche, en particulier, aura fait de violents ravages.

C’est d’ailleurs grâce à un percutant crochet gauche que Germain a envoyé son adversaire au tapis une première fois, au quatrième round. O’Connell ne s’en est jamais vraiment remis. De nouveau harcelé de coups au huitième assaut, il a choisi de mettre un genou au sol, complètement épuisé. C’était la fin des émissions.

Si la tendance se maintient, pour reprendre l’expression consacrée, Germain semble à nouveau promis à de belles choses au courant de l’année. Ses performances et son charisme dans l’arène en font de plus en plus un favori du public. Un nom à surveiller, sans doute plus que jamais.

Les autres résultats

  • Jordan Balmir (8-0, 5 K.-O.) bat Uriel Hernandez (13-5, 7 K.-O.): décision unanime
  • Clovis Drolet (5-0, 3 K.-O.) bat Adriel Juzaino (26-17-3, 12 K.-O.) : arrêt de l’arbitre, 2e round
  • Kim Clavel (2-0) bat Jessica Guerrero (3-3, 2 K.-O.) : décision unanime
  • Vincent Thibault (3-0, 1 K.-O.) bat Piotr Brzoska (1-2): décision unanime
  • François Pratte (6-0) bat Daniel Cruz (4-1, 1 K.-O.) : décision unanime
  • Raphaël Courchesne (1-0) bat Luis Ernesto Granados (2-5, 2 K.-O.) : décision unanime
Publicités

2 réflexions sur “Test réussi pour Kean

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s